Home SEO Trouver des spots de liens
Trouver des spots de liens

Trouver des spots de liens

4

Étudier ses concurrents pour trouver des spots de liens

Attention, cet article n’est publié qu’à titre informatif, rien de plus (les Backlink, c’est le mal !). Vous utiliserez ces connaissances à vos risques et périls. Ici, on va regarder ce qu’on peut faire pour trouver de bons spots de liens, en étudiant tranquillement ceux de ses concurrents. Il y a un double avantage à cela : le premier, c’est le backlink en lui-même, et le second, c’est de trouver des stratégies marketing et SEO qui marche. Si vos concurrents y arrivent, vous pouvez le faire aussi ! Collecter de bons backlinks, c’est un excellent moyen de ranker, mais attention de récupérer les bons liens, et pas du liens de mauvaise qualité (si vous voulez plus d’infos sur l’optimisation seo sans risquer la pénalité, vous pouvez aller plus loin en consultant cet article de supref).

Collecter des données

Le point de départ, évidemment, c’est de collecter suffisamment de données pour avoir une bonne base de travail. L’opérateur « link : » étant devenu obsolète, il va falloir passer par un autre outil, comme Ahrefs, Semrush ou Open Site Explorer. Perso, je suis sur SEO profiler, à mon sens le meilleur rapport qualité-prix du marché. En rentrant l’URL de votre concurrent dans un de ces outils, vous aurez une liste complète des liens qui pointent vers leur domaine.

Résumé du profil de liens

Des liens, oui, mais lesquels ?

Il y a le bon lien, et le mauvais lien. Pour faire simple. Qu’est-ce que vous pourrez trouver dans ce profil de lien ?

  • du communiqué de presse
  • du commentaire de blog
  • de la signature du forum
  • du lien éditorial
  • des bookmarks
  • les annuaires
  • du lien sitewide en sidebar ou planqués au-dessous du footer

Donc, en gros, du lien spammy, ou du lien de qualité. La seconde chose que vous aurez à faire, c’est donc de trier le bon grain de l’ivraie, toujours en utilisant l’outil que vous avez choisi pour créer ces profils de lien. Tant qu’à faire, essayez de copier les profils des concurrents qui sont devant vous, car s’ils sont devant, c’est très probablement que leurs liens leur envoient plus de jus (oui, oui, je sais, il n’y a pas que ça qui compte, mais quand même…).

Type de liens

Identifier les bons spots

Une fois que vous aurez fait le tri entre lien spammy et les bon liens, il faudra dresser une petite carte des spots juteux, et pondérer tout ça avec un niveau de difficulté estimée. Le spot parfait, à ce stade, c’est le lien facile à obtenir et qui envoie beaucoup de jus (là, vous pensez tout de suite à une licorne). Un lien de qualité, en général, ça n’est pas si facile à obtenir. Il va donc falloir développer une véritable stratégie éditoriale et de partage de contenu pour générer le pont d’or sur lequel Googlebot s’engagera. Commencez par analyser les liens éditoriaux que vos concurrents ont obtenus, et visez des articles qui ont plus d’un an. Si le sujet est dans l’air du temps, il vous suffira de rédiger quelque chose de mieux (réactualisées, plus long, plus pertinent, avec des médias ou des infographies plus intéressantes etc.). Et puis, derrière, il faudra contacter les webmasters des spots pour proposer une publication. En gros, faire du guest blogging sans en avoir l’air

Thématique site référent

Trouver des partenariats

J’étais en rendez-vous avec un client il y a quelques jours, et nous regardions ce que nous pouvions faire pour améliorer justement son profil de lien. La première chose que nous avons faite, c’est précisément de regarder ce que son principal concurrent avait dans son arsenal : il n’y avait pratiquement que des citations liées à du sponsoring. Ici, dans son cas, c’est la meilleure solution : allez toujours au plus simple, ou au moins coûteux. Un sponsoring, c’est un partenariat officialisé, et dont l’objectif principal n’est pas la création de Backlinks (pourtant, c’est bien ce qu’on finit par obtenir). Ici, nous faisons d’une pierre-deux coups : on obtient un lien, on accroit sa notoriété, on obtient du referal, on génère du trafic etc. En fonction de la niche dans laquelle vous vous situez, il est parfois plus facile qu’on ne le pense d’obtenir de bons liens, et il n’en faudra pas forcément des centaines pour gratter quelques positions dans les SERP.

 

GDM-Pixel / Charles Annoni Charles est chef de projet en marketing web et conception de sites. Formateur en référencement naturel, il est également consultant en webmarketing et propose des tutoriels exclusifs en France.

Les commentaires peuvent donner lieu à un lien dofollow si thématique similaire et ancre clean :)

Comment(4)

  1. Hey,

    Personnellement j’utilise Majestic (39€/mois) et/ou SEObserver (99€/mois, Majestic inclus). Je ne saurais plus me passer du Trust flow et du Citation flow de Majestic pour analyser un profil de lien et trier les bons des moins bons. Derrière un petit tableau excel tout simple, et tu identifies en 10 minutes tous les liens d’une niche que tu peux obtenir facilement en croisant les données 😉

  2. Bonjour sympa , les techniques pour trouver des spots pour ma pars au niveaux des analyses je travaille énormément avec SEObserver et Moz , Moz pourquoi l’indice de spam .

    Ensuite je suis un grand adorateur des addon Moz et magestic seo pour voir le trust et la citation flow les metrix du site . à l’occasion je vais aller tester SEO profiler,

    Merci pour ton partage et la présentation du tools

  3. Merci pour ces conseils précieux dans la recherche du bon backlink. Pour ma part j’utilise SEObserver car c’est un outil SEO frenchy donc à privilégier, et comme l’a précisé Sylvain il inclut les données Majestic. Du caviar pour un consultant SEO. Après, c’est à la communauté des référenceurs de s’unir car en face de nous il y a un monstre qui veut nous détruire.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *