Home Web Pourquoi le link-building est plus efficace en manuel
Pourquoi le link-building est plus efficace en manuel
0

Pourquoi le link-building est plus efficace en manuel

0

Je reprends ici un article de Éric Ward, publié sur searchengineland.com hier matin, avec évidemment quelques ajouts…

Non, la construction de liens ne sera certainement jamais obsolète

Cet article réagit à une publication de Forbes, début novembre : http://www.forbes.com/sites/jaysondemers/2015/11/06/7-seo-practices-that-will-become-obsolete-by-the-end-of-2016/

Au départ, l’article sur Forbes expliquait que la construction de liens en manuel allait être obsolète en 2016. Suite à la réaction de Eric Ward, l’auteur a changé son propos, pour transformer « manuel » en « automatique ». Évidemment, c’est pas du tout la même chose. Bref, revenons-en à nos moutons : le link-building en manuel…

Les impasses d’une building automatique

Quand je parle de link-building ici, j’évoque deux approches complémentaires (ou pas) relative à la création de liens :

La construction de réseaux de sites en tiers

Évidemment, la construction de liens, c’est risqué. Si vous vous faites prendre, que ce soit par un algorithme ou par un Quality-rater, vous allez être pénalisé. Dans les deux cas, il faudra désavouer vos liens, donc perte de temps, perte d’argent, et retour à la case départ. Je ne dis pas que le link-building en « semi-automatique », ça ne marche pas. Je dis simplement que c’est assez compliqué, car masquer sa footprint est un véritable sport (en plus d’être une nécessité).

Méchant penguin

Si vous utilisez des logiciels agressifs comme Xrumer, SENuke, ou GSA, il va falloir passer un peu de temps sur la configuration pour ne pas vous retrouver avec 1 million de liens, des ancres sur-optimisées etc. De toute façon, aujourd’hui, ce type de logiciel n’aura de sens que pour les tiers deux, et encore…

Il faut garder un contrôle absolu sur la link-veolicty et les liens entre vos sites, pour ne pas être repéré. Si vous faites du lien en manuel (au moins pour le tiers 1 et 2), vous prenez moins de risques. C’est tout de même hasardeux de confier l’avenir de son réseau de sites un logiciel. À moins de bien savoir comment le paramétrer : ce n’est donc pas un outil à confier un débutant.

Faire du link-building de bourrin, dans une ère post-penguin, c’est prendre des risques. De gros risques…

Le Reach automatisé pour faire de l’échange de liens

Pour glaner des liens « naturels », rien ne vaut le guest-blogging ou les échanges de liens (bien gérés, évidemment). On trouve donc des outils pour faire du Reach automatique. Et c’est ici que ça coince, puisque l’introduction des mails-type, c’est toujours la même :

« salut, nom-du-contact, j’ai parcouru votre site et l’ai beaucoup apprécié, bla-bla-bla, j’ai particulièrement aimé votre article sur « sujet-de-l-article » etc.

Et une fois qu’on a finie de passer de la pommade, on rentre dans le vif du sujet en proposant un échange de liens, ou un article invité…
Je ne dis pas que ça ne marche pas. Il y aura quand même un taux de retour. Faible, certes, mais ça peut marcher. Il faut donc faire du volume.
Seulement, ça ne sera jamais aussi efficace que si la même demande d’échange de lien se construit autour d’une relation humaine. Il sera beaucoup plus facile d’obtenir un lien si vous avez pu dans un premier temps créer un lien humain avec le responsable éditorial, ou le propriétaire du site visé.

link-building-buddies

Puisque, justement, ici, il sera plus question d’un partenariat humain que de la mise en place d’une pratique purement intéressée.

Aucune technique d’automatisation, quand elle est identifiée comme telle, ne permet de créer un échange humain. Or c’est ça, le link-building : c’est la cooptation de votre contenu par une source tierce. Et, justement, c’est un lien naturel… même si vous avez demandé, même si vous avez fait du relationnel auparavant, ça restera quand même du White-hat puisque votre contenu n’aurait de toute façon jamais obtenue de liens s’il n’avait pas présenté un avantage stratégique pour le site référent.

Du lien humain avant le lien href

C’est comme partout, quand on fait du business : on est plus fort à deux que tout seul. Sur Internet c’est la même chose, vous aurez moins de mal à percer si vous êtes reconnus par vos pairs : vous aurez plus de facilité à récupérer des liens naturels, et le partage de vos publications sera également largement amélioré.

GDM-Pixel / Charles Annoni Charles est chef de projet en marketing web et conception de sites. Formateur en référencement naturel, il est également consultant en webmarketing et propose des tutoriels exclusifs en France.

Les commentaires peuvent donner lieu à un lien dofollow si thématique similaire et ancre clean :)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *