Home Web Les places de marché ne sont pas vos amies…
Les places de marché ne sont pas vos amies…

Les places de marché ne sont pas vos amies…

6

Si vous avez déjà créé un site e-commerce, et que vous avez déjà travaillé dans le référencement, vous savez que les six premiers mois, les ventes ne sont pas toujours au rendez-vous. La raison est assez simple : avant de pouvoir vendre, il faut avoir du trafic, et sans stratégie de référencement, ça ne se fait pas. Et quand bien même ça se fait, ça prend du temps !

Du coup, il peut être terriblement tentant de faire appel aux places de marché pour commencer à vendre ses produits. On crée ses fiches-produits, on ouvre des comptes sur les places de marché, comme Amazon, Cdiscount, Priceminister etc. et on commence à vendre en quelques jours, c’est presque magique. Mais malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples que ça.

En effet, contrairement aux apparences, il peut y avoir des effets pervers à ce type de business. On fait le point, et on regarde ce qu’on a comme solution.

Les places de marché dévorent votre marge

Les places de marché ne vous laissent pas mettre vos produits en ligne sans contrepartie. La plupart du temps, vous devez déjà payer un abonnement mensuel. Ce n’est jamais très cher, jamais prohibitif, mais c’est déjà ça de moins dans votre poche. Non, non, le vrai problème, c’est la commission. En fonction de votre volume de ventes, et des produits que vous vendez, le taux de commission prélevée sera plus ou moins important (ça peut monter jusqu’à 30 % chez certaines market-place). Là, on touche un point sensible. Mais de nombreux e-commerçants acceptent volontiers d’avoir une marge moindre, du moment qu’ils vendent.

En général, on se dit qu’avec le temps, le référencement naturel du site progressant, on pourra petit à petit se détacher des places de marché. On va voir un peu plus loin que ça ne se passe pas aussi simplement. :mrgreen:

Les places de marché, c’est chronophage

Oui ! Forcément, une fois que vous avez créé votre site, il va falloir gérer l’interface de votre place de marché. Ca veut dire quoi ? Ca veut dire gérer tous les imports CSV, si vous êtes partis sur une solution semi-automatique, ou bien carrément créer les fiches à la main si vous avez peu de produits. Donc, forcément, ça prend du temps, et le temps, c’est de l’argent ! Il faudra en prime gérer les retours clients, le SAV, l’expédition des colis et la synchronisation avec la place de marché, et tout ça, une fois encore, ça prend du temps.

Évidemment, sur votre site e-commerce, ça serait la même chose. Certes ! Sauf que, la place de marché vous bouffant votre marge, le gain horaire sera largement inférieur. Bien entendu, vous pouvez récupérer le client des places de marché en lui mettant un petit coupon de réduction dans sa commande, et en l’invitant à passer sa prochaine commande directement sur votre site. Et, une fois encore vous vous dites « quand mes positions sur Google seront meilleures, ça ira mieux ».

Sauf que justement, c’est là le plus gros problème des places de marché : le référencement.

Les places de marché vont malmener votre SEO

À mon sens, c’est là le plus gros problème avec les places de marché. Enfin, pour être plus précis, ce n’est pas tellement à cause des places de marché, mais à cause de panda que tout se joue.

Vous venez de faire vos fiches produits. Vous avez rédigé de superbes descriptions, et vous avez optimisé votre wording pour que vos pages rankent sur Google. Du coup, quand arrive l’heure de mettre vos produits sur les places de marché, vous faites un copier-coller de vos descriptions. Ou alors, vous avez opté pour une solution encore plus radicale, c’est-à-dire l’export automatique grâce à des modules comme Shoppingflux, Easyflux, Lengow etc.

On retrouvera donc la description de votre produit à la fois sur vos pages, et sur les places de marché. Et là, c’est le drame : votre site est tout jeune, il est donc peu crawlé par les robots des moteurs de recherche. Les places de marché, en revanche, sont beaucoup plus parcourues que vos pages, et les sites ont une autorité beaucoup plus forte que le vôtre. Du coup, qu’est-ce qui se passe ? Vous avez mis vos produits en ligne sur votre site, vous avez attendu quelques jours, puis vous les avez exportés sur les places de marché. Si vous avez opté pour une solution d’export automatique, vos produits sont exportés automatiquement en quelques heures. Les robots trouveront d’abord vos textes sur les pages des places de marché, puis, plus tard, voire beaucoup plus tard, sur votre site. Et qui va récupérer la paternité des textes ? La place de marché. Donc, votre site sera en situation de contenu dupliqué. Donc vos pages ne seront pas indexées. 🙁

It's a trap !

Résultat : vous avez bien travaillé vos textes, et ce sont les places de marchés qui vont en tirer tous les bénéfices. Votre site, lui, n’aura rien. Et c’est comme ça qu’on se tire une balle dans le pied à bout portant. En voulant réaliser des ventes rapidement, facilement (ce qui paraît complètement logique quand on est entrepreneur) on a tout simplement tué le projet e-commerce dans l’œuf. En définitive, c’est plus de la faute de panda qu’autre chose. Ou c’est la faute des places de marché. Toujours est-il que vos ventes sur votre site ne décolleront pas à cause de ça : vos pages de contenu ne sont pas indexées. 😡

Quelles solutions ?

Pour pallier à ce gros problème, il y a deux solutions assez simples qu’on peut mettre en place. Personnellement, je recommande plutôt la seconde, même si elle a un coût et qu’elle prend un peu plus de temps.

Première solution

Si vous avez exporté vos produits manuellement, rédigez une description complètement différente de celle qu’on trouve sur votre site. Ainsi, vous n’aurez plus de contenu dupliqué. Si vous avez utilisé une solution comme shopping flux, vous pouvez modifier le mapping sur votre interface de gestion, pour que la description exportée ne soit pas celle de votre site : vous pouvez par exemple remplacer le champ « description » par le nom du produit. Le problème avec cette solution, c’est que, dans le premier cas, vous allez passer beaucoup de temps à rédiger une seconde fois vos descriptions, et, dans le second cas, vous allez vous retrouver des descriptions ultra-courtes sur vos fiches des places de marché. Ce qui n’est pas forcément une très bonne option non plus.

Deuxième solution

Vous avez monté votre premier site, vous avez bien rédigé toutes vos fiches, et vous ne voulez pas être pénalisés par les places de marché ? Il vous faut alors cloner votre site sur un autre nom de domaine, et casser la structure de vos textes et de vos descriptions pour ne pas vous retrouver en situation de contenu dupliqué. Vous pouvez par exemple modifier le nombre de phrases sur vos textes, changer quelques mots, des structures grammaticales, utiliser des synonymes etc. Vous programmez les exports pour être faits depuis votre deuxième site, laissant ainsi votre site mère vierge de tout crawl de la part des robots des places de marché.

Le deuxième avantage de cette solution, c’est que vous n’allez pas complètement pourrir votre bande passante avec le trafic des robots. Le robot d’Amazon passe par exemple plusieurs fois par jour, et sollicite énormément votre serveur pour récupérer les images par exemple. Ça a forcément un impact sur les performances de votre site.

La solution ultime, mais qui ne sera pas applicable partout, c’est d’utiliser notre technique de réécriture de masse, pour peupler rapidement votre fichier d’export sur les places de marché, ou votre fichier d’imports sur votre site : vous aurez ainsi des descriptions uniques, rapidement, à la fois sur vos places de marché et sur votre site.

Ce qu’il faut retenir de tout ça, c’est que votre site se trouvera « vampirisé » par les places de marché si vos descriptions sur vos pages et sur les pages des market-places sont identiques. La solution ultime, c’est donc bien d’avoir deux sites : un pour votre activité E-commerce, l’autre pour les exports en automatique vers les places de marché. Pour gagner du temps sur la création des produits et leur import sur vos sites, il faudra penser à des produits comme Storecommander, ou tout autre logiciel qui permet de réaliser des imports CSV rapidement.

GDM-Pixel / Charles Annoni Charles est chef de projet en marketing web et conception de sites. Formateur en référencement naturel, il est également consultant en webmarketing et propose des tutoriels exclusifs en France.

Les commentaires peuvent donner lieu à un lien dofollow si thématique similaire et ancre clean :)

Comment(6)

  1. Merci pour cet article, j’aimerai tant que les E-commerçants ouvrent les portes de l’affiliation en *direct*, mais peu comprennent l’utilité d’un tel dispositif, puisqu’il est vrai qu’il n’envoie pas de trafic massif comme une place de marché, c’est lent mais c’est vraiment bien plus rentable…

  2. Bonjour Patrice, le truc, c’est que les places de marché, c’est vraiment du « dopage » pour les ventes, mais rien en direct sur le site. C’est jouer la solution de facilité, et ça paie rapidement. Mais sur le long terme, c’est ultra-toxique pour le SEO si on ne prend pas de précautions… Ces derniers temps, j’ai cumulé les audits de site dont un grand nombre de pages ne sont pas indexées dans les SERP à cause de ça… D’où la décision de faire cet article…

  3. Très bonne mise en garde !
    Eh oui le secteur des places de marché est une double tromperie :
    1/ il faut payer directement pour y figurer
    2/ tu leur amène du contenu « original » qui leur est bénéfique pour le SEO et assoit leur visibilité
    Pour en revenir au titre de l’article : qui est notre ami sur internet aujourd’hui ? Sûrement pas Google, sûrement pas les places de marchés, sûrement pas les vendeurs de big data comme les réseaux sociaux ou les éditeurs de tracking…

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *